fbpx

Coeur de pierre

Impuissante face à ces cœurs endurcis

Je me sens tellement impuissante face à ces cœurs endurcis,
parfois jusqu’à la pierre.

Par vagues de tristesse, je me sens me submergée.
Mon enfant intérieur pleure de cette rudesse.
Il aimerait tellement pouvoir leur offrir plus de douceur.

Ces septiques qui ont enfermé à double tour leurs curiosités naturelles
derrière la peur,
Cœur atrophié par la méfiance
d’avoir été plongé dans un monde trop dur.

Esprit devenu trop cartésien, coupé de ses ressentis, ses intuitions,
qui a besoin de preuve pour sortir des croyances qui le limitent,
Là où d’autres ont la foi au cœur et au corps et l’audace d’essayer.

Je n'avais que 10 ans

Je n’avais que 10 ans lorsque la peur de tuer ma propre mère
m’a sauvée du suscite.
L’amour que je lui portais était si grand
que j’ai préféré l’enfer de mes souffrances
à la libération utopiste d’un paradis,
pour la sauver.

Cet amour pour ma mère,
imparfaite qui fait de son mieux,
a grandit au fil du temps
pour toucher de plus en plus de monde.

Jusqu’à vouloir sortir de la dualité,
des bons et des méchants, du bien et du mal, des eux et des nous,
causé par la peur de la méconnaissance.
J’ai appris à chercher à comprendre
et expérimenter pour me faire ma propre opinion,
Sortir de la peur, afin de faire entrer tous les eux en nous,
en moi, unifiée.

Vœu pieux de « Sauver »

J’avais chevillé au corps ce vœu pieux de vouloir « sauver »
ma mère et les autres.
Tous les autres !
Certains y verront de l’orgueil,
là où moi, je sens juste un cœur énorme qui ne demande qu’à aimer.

A force de me prendre des murs,
j’ai découvert qu’on ne peut sauver personne,

sauf soi-même.

Alors j’ai commencé par me sauver, moi,
en arrêtant de fuir mes propres souffrances.

En cherchant à définir ce « moi ».
Glaner de nombreuses connaissances
au grès de ma curiosité et de mes difficultés.
Étudier. Expérimenter. Me former.
Me libérer du point du passé
Pour me transformer
Jusqu’à maîtriser…

Pourquoi ?
Pour être heureuse !

Mais je suis bien trop sensible
pour pouvoir être pleinement heureuse
quand je vois les autres souffrir.
Trop sensible pour supporter de ne rien faire,
de ne rien dire,
face à ce monde qui souffre.
Face à notre planète qui souffre,
Notre humanité qui se cherche encore.

Karpman et son triangle dramatique

Karpam et son triangle dramatique m’a appris
que les sauveurs n’apportent que des victimes et des bourreaux.
Jésus lui même en a fait les frais.
A 5 ans, j’avais déjà remarqué que la place du martyre,
n’avait rien de cool !

Alors je me suis rapprochée d’autres maîtres qui y sont arrivés.
Les Bouddhas,
Ces êtres humains éveillés
qui ont voué leur propre vie à sauver celles des autres.
Pas dans la lutte, ni la souffrance.
Mais avec Amour, joie, douceur !

Le maître enseigne par l’exemple.
Il incarne son message.
Il en est l’exemple vivant.
C’est un guide.
Un fil rouge où d’autres peuvent s’accrocher pour suivre ce chemin.

On ne peut forcer personne à changer

Mais on ne peut forcer personne
à faire le choix de sortir de ses souffrances.

Je ne compte plus les morsures reçus
à trop vouloir tendre la main à ceux qui n’en voulaient pas.

Je ne suis pas un maître, encore moins un bouddha.
Je suis juste une femme qui connaît trop bien la souffrance
pour en avoir vécu de nombreuses
Et qui a appris à surfer avec la vie afin qu’elle soit moins rugueuse,
qu’elle me blesse moins malgré ma grande sensibilité.

Portée par plus grand que soi

Je me sens portée par l’élan de tout mon être,
de contribuer à alléger ce monde de ces souffrances.
D’y prendre part, moi aussi, avec tous ceux déjà sur ce terrain.
Offrir au monde notre lumière unique. 

Pour moi, ma puissance !
Puissance émotionnelle, puissance intellectuelle 
Puissance de résilience, puissance d’introspection, puissance de transformation
Cette puissance, c’est ma FORCE

Et j’ai appris à la manier avec DOUCEUR.
La diluer pour être digeste aux autres. 

Chaque jour, faire sa part !

Chaque jour, je fais ma part pour être visible.
Une main tendu, l’autre sur mon cœur.
Montrer au monde ma douceur,
pour donner de l’espoir à tous ceux qui cherchent
à sortir de la lutte contre une vie rugueuse et blessante.
Pas pour que je les sauve, Non !
Je ne le pourrais pas, même si je le voulais.
Mais pour leur donner de l’espoir,

Si moi, j’y suis arrivée malgré toutes mes casseroles.
Tu peux aussi…

Tu es ton sauveur !

La seule personne qui puisse te sauver, c’est toi même !
Toutes les réponses sont déjà en toi.
Moi, je t’offre ma foi que c’est possible !

Mais si tu cherches un remède miracle,
va à la pharmacie, pas chez moi.

Y a pas miracle sans action,
sans curiosité, sans remise en question, sans audace du changement
Et la persévérance d’avancer sur ce chemin jour après jour.
Main dans la main avec qui tu oseras demander du soutien, quand tu n’y arrives pas seule.
C’est possible… Oui ! Tu le mérites.

C'est possible !

LÂCHE TES FREINS, offre toi de la douceur et AVANCE !

Tu es prêt.e à changer ? Je t'accompagne à reprendre ta vie en main.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut